Témoignages

Alex

Réfugié.e en Belgique

Je n’ai jamais pensé ́ que j’allais atterrir en Belgique et je pensais qu’en étant ici, je ne serais jamais confronté·e à des situations discriminantes. Je pensais que tout le monde était ouvert, en tout cas c’est l’idée que l’on a de l’Europe. Dans ma tête ce n’était pas possible, pourtant j’ai été confronté·e à des insultes, des menaces, et ça montre que les discriminations sont partout. En réalité, j’avais tort et j’étais déçu·e. Mais comme les gens sont plus ouverts ici, j’espère que dans le futur il n’y aura plus du tout de discriminations.

LIRE PLUS

Amadou

Réfugié en Belgique

Pour le moment, apprendre le français est ma priorité. Je sais que je serais tellement plus libre après. Ensuite, j’aimerais terminer ma formation de chef et travailler pour un bon restaurant et pouvoir mélanger les saveurs de mon pays avec celles d’ailleurs. J’aimerais être dans la cuisine d’un grand chef connu et pouvoir travailler avec son équipe.

Après, j’aimerais beaucoup pouvoir faire venir ici ma famille et mes amis qui me manquent tellement. Mais bon pour eux au Guatemala ce n’est pas aussi compliqué que pour moi qui suis gay. C’est pourquoi je suis avec eux par les pensées et que je leur envoie ma force et mon amour.

LIRE PLUS

Amhara

Éthiopie

Je dis toujours : « il y a deux sortes d’amour, l’amour pour le prochain et l’amour pour son ou sa partenaire » Pour moi, les deux amours ne sont pas définis de la même façon. Aimer son prochain, c’est faire pour ton prochain ce que tu aimerais que ton prochain fasse pour toi, éviter de créer des situations à ton prochain que toi-même tu n’aimerais pas qu’on te crée. Pour moi, c’est un peu cela l’amour envers son prochain, être attentif·ve à son prochain, c’est comme cela que je définis l'amour envers son prochain. En ce qui concerne l’amour avec le ou la partenaire, je le définis par du respect, sacrifice, l’entente surtout et vraiment beaucoup de communication.

LIRE PLUS

Arya

Réfugiée en Belgique

C’est ça le plus important pour le moment, de pouvoir et arriver à d'abord s’aimer soi-même pour pouvoir ensuite être disponible aux autres et les aimer aussi. L’amour c’est prendre soin de soi et des autres et d’être compréhensif.ve. C’est certainement la recette de l’amour : la compréhension.

LIRE PLUS

Bekele

Éthiopie

Je veux juste vivre comme n’importe qui de normal·e. Je veux être heureux·se et simplement, être libre et délesté·e de cette étiquette “migrant·e”. D’avoir tout ce qui a de plus normal dans la vie et c’est pourquoi je suis venu·e jusqu’ici, car c’était impossible pour moi en Ethiopie. J’aimerais pouvoir me concentrer sur mon futur, étudier et apprendre ce qui me plaît aujourd’hui. J’aimerais intégrer une école pour des études supérieures. J’aimerais pouvoir voyager, rêver, ... Je voudrais visiter l’Égypte. Je sais que c’est compliqué pour y aller et pas tout à fait safe, mais j’aimerais tellement être dans ce désert de pyramides avec ce vent qui souffle sur mon visage. Je suis passé·e par l’Égypte mais dans un autre contexte bien sûr.

LIRE PLUS

Blake

Éthiopie

Quand tu viens d’un pays ou le fait d’être différent·e permet aux autres de te faire du mal et d’être illégal·e au vu de la société́, je ne peux que ressentir le fait qu’on a encore beaucoup à̀ faire en tant que personnes LGTBQIA+ et que nous devrions être tous et toutes unies pour combattre ces discriminations sociétales. J’aimerais vraiment de tout cœur que le futur de la communauté en Ethiopie soit meilleur. Que les personnes puissent s’y épanouir et ne plus être en danger. J’espère que je pourrais contribuer un jour avec l’aide d’autres ami·e·s de mon pays. En vrai, j’en rêve souvent. Un jour j’espère qu’un drapeau LGBTQIA+ flottera dans le ciel éthiopien.

LIRE PLUS

Dahlia

Réfugiée en Belgique

Je suis une demandeuse d’asile transgenre. En Belgique je vis bien à 80%, comme tout le monde, normalement quoi. Il y a plus de libertés en Belgique et j’y suis venue car dans mon pays d'origine et dans les pays d'Europe où j’étais avant, j’avais beaucoup de problèmes à cause de ma nature, des menaces et des agressions que je subissais. J’avais peur, et j’ai fui pour gagner ma vie. C'est très dur d'être menacée par sa propre communauté, sa famille. Ce n'est pas juste quelqu'un de violent dans la rue que l'on ne connaît pas, mais c'est ta famille, tes racines que tu dois fuir. C'est déchirant.

LIRE PLUS

Gulpanra

Afghanistan

Je suis Gulpanra, un homme transgenre d’Afghanistan. J’adore le travestissement, et depuis mon enfance, je m’habille comme une fille et je me maquille quotidiennement. Durant mon enfance, ma famille n’a eu aucun problème à considérer cela comme quelque chose de drôle. À l’âge de 17 ans, je me suis marié à une femme. J’ai alors eu accès à des vêtements et à des produits cosmétiques pour femmes, alors j’ai continué à me maquiller et à m’habiller comme une dame au fil du temps. Au bout d’un moment, mon épouse m’a surpris par hasard alors que je portais sa robe et son maquillage. Elle a été choquée et m’a immédiatement dénoncé à mon père et à mon oncle, bien qu’elle l’ait admis au bout d’un an environ.

Il y avait beaucoup de rumeurs, et les gens du village parlaient de moi. Ils m’appelaient Hijra (qui signifie « femelle » en langue pachto), un mot insultant qui me mettait très en colère.

Un de mes oncles était furieux et avait juré de me tuer. Suite aux rumeurs qui se sont propagées parmi les gens, des talibans l’ont également également appris. Ils sont venus voir mon père en lui demandant de leur confier son fils et en lui expliquant qu’ils savaient comment en faire un homme droit. Ma vie est devenue un enfer. Finalement, mon père a décidé de m’envoyer en Europe et après un an et demi, je suis arrivé en Belgique et j’ai demandé l’asile.

Je veux explorer mon propre monde ici en Europe. Je veux respirer la liberté et être moi-même.

LIRE PLUS

Jenifer

Réfugiée en Belgique

Je suis homosexuelle et ça je ne l’ai pas choisi. C’est naturel, je n’y peux rien. J’aimerais qu’on respecte enfin ça. En centre, il faut aussi faire une place pour les gens qui n’ont pas choisi. Créer un centre spécial pour les personnes LGBTQI+ ne règlerait pas tous les problèmes mais permettrait la sécurité, de ne plus avoir à se cacher, de ne plus avoir peur des représailles pour ce que l’on est. La vie actuelle est impossible, il faut que ça change.

LIRE PLUS

Jessica

Réfugiée en Belgique

Ici en Belgique il y a des lois qui nous protègent au moins. Même si on y trouve encore de la violence verbale et qu’il n’y a pas une grande association qui défend les droits des personnes transgenres qui sont encore très vulnérables même en Belgique. Quand je viens dans les associations comme la Maison Arc-en-Ciel, je me sens enfin chez moi, dans ‘’notre’’ monde. C'est ce qui me rend heureuse. Aujourd'hui, j'essaye de vivre normalement, comme tout le monde, comme je suis quoi, car c'est mon droit. C'est important pour moi aujourd'hui, comme de se savoir protégée par la loi aussi et d'être légitime dans le pays.

LIRE PLUS

Josef

Réfugié en Belgique

Je n’ai jamais eu l'intention de venir en Belgique, ni de quitter mon pays car je me battais pour m’en sortir. J’avais mon magasin de chaussures donc je ne voulais pas le quitter. J’avais ma vie intime aussi mais dans mon pays les gens disent que c’est de la sorcellerie, que c’est la maladie des blancs, des sectes...                                                     

En juin 2020, je me suis disputé avec Jeremy, mon copain. Mon voisin a entendu les cris et donc il est monté, j’avais oublié ​ de fermer la porte, Jeremy et moi étions au salon. Nous nous sommes réconciliés et nous nous sommes embrassés lorsque le voisin est rentré et nous a surpris. Il a crié «sorcellerie», il m’a frappé et les autres voisins nous ont tirés dehors et m'ont emmené nu sur la place publique. Jeremy a pu s’enfuir. Ils m’ont frappé pendant plus d’une heure avec des bouts de bois en feu. Ils voulaient savoir où habite Jeremy. Dans mon pays, un homosexuel est frappé voire tué par la population. Si vous avez un peu de chance, quelqu’un va appeler la police et vous serez emmené en prison. Après plus d’une heure de torture, la police m’a emmené́. Je suis resté 3 jours au commissariat sans habits.  Jeremy m’a finalement aidé avec l’aide d’un contact policier à m’évader. J’ai demandé ​ d’aller aux toilettes et je devais escalader un mur après que le policier avait tiré en l’air. Il m’avait prévenu que je devais fuir le pays.

LIRE PLUS

Joseph

Réfugié en Belgique

Il y a toujours des gens qui sont contre l’homosexualité́ que ça soit des noirs ou des blancs. Le souci, c’est que c’est difficile de mélanger les gens des communautés LGBTQI+ avec des personnes qui ne le sont pas dans des centres parce qu'ils ne se comprennent pas. Ce n’est pas simple quand je veux discuter avec des hommes parce que je suis obligé de m’isoler des autres pour éviter les soupçons et les intimidations. Même quand je viens à la Maison Arc-en-Ciel, je croise des personnes du centre et je suis obligé de faire des détours pour ne pas que l’on comprenne que je viens dans une Maison Arc-en-Ciel. Si j’étais dans un centre pour personnes LGBTQI+, je me sentirais en sécurité et je pourrais être tranquille. Ça serait bien d’enfin pouvoir vivre dans un endroit qui ne me force pas à cacher qui je suis.

LIRE PLUS

Kamyar

Iran

Je suis homosexuel et je viens d’Iran, un pays où les relations sexuelles entre personnes du même sexe sont fréquemment punies par l’emprisonnement, les châtiments corporels ou l’exécution. 

Je travaillais pour l’État iranien et on attendait toujours de moi que je sois religieux et conforme à l’islam et à la politique officielle du gouvernement. Être homosexuel revient à franchir la ligne rouge pour l’État et le mariage est obligatoire si vous voulez rester employé dans des postes gouvernementaux. Les gens supposeront que vous êtes gay si vous n’êtes pas marié. J’ai refusé de me marier pendant de nombreuses années, mais à 40 ans, les pressions étaient trop fortes pour moi.

Dans mon cas, les autorités ne cessaient de m’inspecter et de rédiger des rapports m’étiquetant comme homosexuel. Leur harcèlement homophobe a commencé lorsque j’avais environ 30 ans et a consisté à me causer des problèmes à mon travail, à m’envoyer des menaces et à me forcer à assister à une "réunion" au ministère de la sécurité et de l’information. Les autorités voulaient un engagement écrit que je me marierais.

J’étais également un protestataire militant contre le régime islamique iranien. Les autorités l’ont appris en espionnant mes conférences, en surveillant mon activité en ligne et en lisant les articles que j’avais publiés dans des journaux et sur des sites web, même lorsque j’avais effacé toute trace de moi en utilisant un pseudonyme.

Je collaborais secrètement avec l’IRQR (organisation LGBT iranienne basée au Canada) en écrivant des articles pour son magazine; les autorités iraniennes le savaient aussi.

Je risquais d’être licencié de mon travail, emprisonné et même tué. Je ne voulais pas quitter ma famille et mon pays bien-aimé, alors j’ai pensé que cacher mon orientation sexuelle était la seule solution.

Ma situation était désespérée car les autorités connaissaient tous mes faits et gestes. J’ai décidé de me marier avec une lesbienne ou une femme asexuée pour pouvoir vivre. À ma grande surprise, une de mes étudiantes m’a demandé en mariage. J’ai proposé un mariage sans sexe et elle a accepté. Je pensais qu’elle était peut-être queer ou peut-être asexuelle, mais j’avais tort. Elle pensait juste à me piéger dans le mariage. Nous nous sommes mariés, et les disputes ont commencé dès le premier jour et n’ont fait qu’empirer.

Elle exigeait des rapports sexuels et c’était vraiment impossible de se battre avec elle tous les jours, mais j’étais obligé de continuer. J’étais toujours régulièrement inspecté et surveillé par l’État. C’était vraiment difficile de garder le silence, de ne pas être moi-même et d’avoir des relations sexuelles dans un mariage sans amour.

Mon mariage était un grand traumatisme psychologique. Je m’arrangeais pour être occupé toute la journée. Le seul moment où je me sentais un peu détendu, c’était quand je dormais.

Ma femme a révélé notre secret à certains de ses amis et à sa famille, alors j’ai prétendu être asexué. J’ai essayé de divorcer plusieurs fois, mais elle voulait me garder à n’importe quelle condition, ce qui ajoutait encore à la pression. Elle a même menacé de me dénoncer aux autorités.

L’Iran est un pays où les gens disparaissent, y compris de nombreux LGBT. Je savais que j’aurais pu être enlevé au travail ou même dans la rue.

Mes ressources financières étaient limitées et je ne savais pas quoi faire. J’étais en vie mais je ne vivais pas comme un être humain.

J’ai contacté de nombreuses organisations LGBT, dont la Fondation Peter Tatchell. Je savais que j’avais besoin de me constituer un réseau de soutien.

J’ai décidé de quitter l’Iran et de demander l’asile. Cependant, toutes mes tentatives, comme les demandes d’emploi à l’étranger et les demandes de visa européen, ont échoué. J’ai même essayé d’entrer dans une filière de traite des êtres humains vers la Turquie, mais même cela n’a pas fonctionné.

Ma femme et sa famille ont continué à me menacer et ont à nouveau refusé ma demande de divorce et ont insisté pour que je reste dans cette terrible vie, même si elles souffraient elles aussi.

Finalement, avec l’aide de certains de mes amis, j’ai obtenu secrètement un visa pour l’Europe et j’ai pu m’enfuir par miracle.

J’ai maintenant obtenu l’asile et je peux vraiment commencer à vivre. Je me sens tellement soulagé. Je n’ai jamais pensé qu’un jour, je serais libre. Il est difficile d’exprimer par des mots ce que cela signifie pour moi. C’est un nouveau départ, une nouvelle vie pour moi. Je vous remercie.

LIRE PLUS

Karim

Réfugié en Belgique

Jusqu'à présent, il n'y a qu'au sein des associations comme la Maison Arc-en-Ciel où nous, les demandeur·euse·s d'asiles LGBTQI+, pouvons librement nous affirmer. Tout mon souhait est que cet esprit arrive dans les centres d'accueil car beaucoup de résident·e·s et même parfois le personnel administratif, doivent être sensibilisé·e·s.

LIRE PLUS

Koffi

Côte d'Ivoire

En Côte d’Ivoire, j’adhérais à une association LGBTQI+, je n’étais pas un membre actif mais je les soutenais. À Abidjan, j’étais vraiment bien, je me sentais très bien dans mon pays je ne me voyais pas du tout venir ici. J’avais un très bon boulot qui me permettait de très bien gagner ma vie, je n’envisageais absolument pas de venir en Europe. J’avais 12 ans quand on m’a surpris pour la première fois. J’ai été battu et enfermé pendant trois jours. Pour qu’il n’y ait plus de doute, j’ai fait trois enfants avec la même femme mais nous ne vivions pas ensemble. 

Je faisais des allers-retours entre l’appartement de ma femme et une autre petite maison que j’avais gardée et où je voyais mon compagnon. Quand les gens ont eu des doutes en se demandant pourquoi je ne me mariais pas, j’ai fait un deuxième enfant. Le jour de la naissance de mon troisième enfant, ma compagne a voulu montrer notre fille aux ami·e·s et pensant que je louais la petite maison à des ami·e·s, elle nous a surpris mon compagnon et moi. Sous le choc, elle a appelé des membres de ma famille qui m’ont immédiatement menacé de mort. Je suis parti travailler, je réfléchissais beaucoup parce que je ne me voyais plus rester en Côte d’Ivoire avec tout ce qui s’était passé. J’avais envie de vivre ma vie, de m’exprimer comme je le voulais. Je n’étais pas prêt à affronter le monde entier pour pouvoir vivre mon homosexualité́. 

J’ai donc parlé à un ami homosexuel qui travaillait avec moi afin d’avoir tous les papiers dont j’avais Besoin, il m’a conseillé́ d’aller en Europe.

LIRE PLUS

Kouassi

Côte d'Ivoire

J’ai 26 ans et je suis d’origine ivoirienne. Mon histoire débute depuis que j’ai l’âge de 15 ans, précisément en 2010. J’ai rencontré Simon lors de ma première année d’étude d’informatique. Il était plus âgé et venait nous aider à étudier nos cours en tant que bénévole. Le courant est passé entre nous, nous passions de plus en plus de temps ensemble, mais sans avouer notre attirance l’un envers l’autre pendant trois années successives. Un jour de révision juste avant le baccalauréat, il s’est décidé à m’avouer ses sentiments pour moi, ce qui était aussi partagé de mon côté et dès lors on commença, mais en secret notre relation.

Simon venait me rendre visite chez moi à chaque fois qu'il avait l'occasion. Mais plus nous nous plaisions à ce jeu et plus les gens du quartier et d’ailleurs devenaient très méfiants à notre égard. Souvent même, ils nous refusaient l’entrée dans leurs magasins de vêtements. Puis vint le jour où des mots de menace étaient laissés devant ma porte, me demandant d’arrêter ma relation avec Simon. J’ai eu très peur pour ma vie, parce que durant la crise post-électorale de 2010, deux homosexuels connus du quartier ont été torturés publiquement devant nos yeux en guise d’exemple et nous sommes restés sans nouvelles de leur sort. J’avais peur que cela nous arrive aussi et j’ai donc décidé de stopper notre relation pour calmer les soupçons.

Deux ans plus tard, Simon s’est retrouvé devant ma maison familiale et je suis parti me promener avec lui lorsque le soir, nous avons été surpris par un groupe d’hommes qui nous ont tout de suite dénoncés dans le quartier. Nous sommes parvenus à fuir et le lendemain, j’ai appelé ma sœur qui m’a alors expliqué que ma famille déshonorée par mon comportement ne désirait plus jamais me revoir. Simon m’a alors convaincu de quitter le pays et il m’a hébergé chez un ami le temps d’attendre la date de départ.

LIRE PLUS

Marie

Cameroun

Je me suis toujours bien sentie, à l’aise, bien dans ma peau avec toutes les personnes des communautés LGBTQI+ rencontrées. D’une part, venant d’eux, il n’y a eu aucun rejet. Je ressens une chaleur fraternelle et une entraide au sein des communautés. Pour moi, c’est une très bonne chose. Mais ça ne reste pas facile de rencontrer du monde en dehors des communautés LGBTQI+, rencontrer du monde de différentes nationalités reste rare et même rencontrer du monde de ma propre communauté camerounaise qui soit safe n’est vraiment pas simple non plus.

LIRE PLUS

Marie

Réfugiée en Belgique

Ma situation en tant que lesbienne ou homosexuelle, je ne m’y attendais pas. Je n’ai pas quitté mon pays de la même façon, dans la même situation que les autres. Je suis venue ici pour les études. Je suis arrivée sur un territoire où les gens sont libres, libres de vivre leur vie. Ce n’est pas seulement de la liberté, c’est une liberté ́ encadrée. Il y a des lois pour accompagner cette liberté.

En tant que personne LGBTQI+, vraiment, moi, je ne me plains pas. C’est même plus que mes attentes. Je ne m’attendais pas à avoir ce genre d’accueil et cette base juridique concernant les personnes LGBTQI+. Il est possible de se sentir vite à l’aise. Il n’y a pas d'insécurité. Il est possible de marcher dans la rue tranquille à toute heure. Je trouve ça bien, car personnellement, je n’étais pas habituée à cela.

LIRE PLUS

Maryama

Réfugiée en Belgique

Hors des centres, c'est difficile de rencontrer des personnes ''safes'' ou issues des communautés LGBTQI+ comme moi. L'idée d'avoir des centres safes pour réfugié·e·s LGBTQI+ me semble bien, mais j'aimerais surtout faire des invitations dans les centres avec des gens non LGBTQI+ ou des résident·e·s homophobes et transphobes aussi, pour faciliter l'intégration et le contact. J'aimerais bien qu'ils comprennent que le monde LGBTQI+ n'est pas des communautés isolées dans la société, au contraire ils sont beaucoup à être actifs·ives dans la société du monde.

LIRE PLUS

Mekonnen

Éthiopie

Il y a des gens qui viennent de partout en Belgique et c’est super parce que ça permet la diversité ́ et le fait d’être tout de même bien accueilli. J’ai pu rencontrer de chouettes personnes qui me soutiennent aujourd’hui et qui me poussent à aller de l’avant, à dépasser mes problèmes, à me construire. Ils m’acceptent comme je suis et je suis moi-même maintenant grâce à elles et eux aussi. Ils sont ma nouvelle famille, une famille de cœur que j’ai choisie. Pas comme ma famille d’Éthiopie qui ne pouvait pas m’accepter. C’est la chose la plus importante pour moi aujourd’hui.

LIRE PLUS

Moussa

Réfugié en Belgique

Ce que j’apprécie particulièrement ici, c’est la multiculturalité des villes belges. On s’y sent bien et y créer des liens est beaucoup plus facile du coup car on est tous et toutes mélangé·e·s. Ici à Bruxelles j’ai des ami·e·s de mon pays, des Belges mais aussi des ami·e·s africain·e·s et de culture arabe. C’est vraiment agréable de pouvoir avoir des ami·e·s dans des situations aussi difficiles. Ça permet d’avoir de bons moments et de bons souvenirs, même en étant dans un centre plusieurs années.

Tout ça c’est possible malgré ​ la barrière de la langue qui est certainement le plus compliqué pour moi, surtout pour le processus administratif. Je suis souvent perdu parce que je ne comprends pas ce qui se passe ou ce que je suis censé ​faire. Du coup je suis toujours dans l’attente sans toujours comprendre.

LIRE PLUS

Oumar

Réfugiée en Belgique

Le plus dur c’est l’attente. Je me suis inscrite dans des écoles de français et dans une école de Make up pour l’année prochaine parce que je veux faire des études. Je fais plein de démarches mais je dois toujours attendre un papier, ou une autorisation, ... Je ne parle pas encore parfaitement le français et je sens que ça complique tout. Pour entrer dans l’école on me demande un niveau de français assez haut pour lequel j’aimerais prendre des cours, mais comment faire quand on ne sait pas où ou comment y accéder. Je trouve dommage que l’on ne donne pas plus d'opportunités, le français ce n’est pas tout non plus dans la vie, il y a plein d’autres choses que je peux et que j’aimerais faire dans le futur.

LIRE PLUS

Patricia

Réfugiée en Belgique

Les lois punissent l’homophobie mais les lois ça ne sert à rien si elles ne sont pas appliquées, s’il n’y a pas de sanctions. L’homophobie doit être punie et dans les centres il n’y a que de l'impunité. Si ça continue, il y aura des suicides. Je ne suis pas toute seule à y avoir pensé. Il faut donner aux personnes LGBTQI+ un environnement paisible et convivial. À quoi ça sert d’être en Belgique dans un centre si le centre n’assure pas la sécurité ́ et favorise les homophobes ?

LIRE PLUS

Rokhaya

Réfugiée en Belgique

Mon premier objectif après le droit de protection et de séjour, c'est de participer à la création d'une association et de pouvoir être active dans ce nouveau pays que j’habite maintenant. J'aimerais pouvoir travailler ensemble, avec le soutien d'autres associations belges comme les Maisons Arc-en-Ciel et de par la suite pouvoir agir, sensibiliser à distance dans mon pays d'origine, dans le monde arabe. En tout cas, je vais essayer de faire changer les choses ici et là-bas. C’est mon rêve là, maintenant.

LIRE PLUS

Saeed

Iran

J'ai fui un pays religieux pour me rendre dans la capitale de l'Europe en tant que partisan de la famille LGBT - la Belgique - pour sauver ma vie et obtenir les droits fondamentaux d'un être humain, étant donné que je suis homosexuel.

En arrivant ici, lorsque j'ai informé mon assistante sociale que j'étais gay, sa première phrase a été : "Cela doit rester secret, sinon ce sera un gros problème pour vous, et si les extrémistes le découvrent, ils peuvent vous faire du mal".

J'étais très triste après avoir entendu cette phrase

J'ai été condamné à la même vie en Iran pendant de nombreuses années, et maintenant, dans l'un des pays les plus civilisés du monde, je dois faire attention à ce que personne dans le camp de réfugiés ne remarque que je suis différent.

Le centre dans lequel je vis se trouve dans l'une des villes les plus reculées de Belgique, loin de Bruxelles et de villes comme Anvers et Liège où la plupart des organisations LGBT sont actives, organisent des festivals, des réunions et des activités importantes et soutiennent les personnes LGBT. 

Chaque fois que je veux parler à de nouveaux amis rencontrés dans le cyberespace, parce que mes colocataires comprennent pour la plupart l'anglais, je dois sortir de là et me rendre dans un endroit privé. Je ne peux jamais être à l'aise au lit ou dans la chambre avec mes amis comme d'autres personnes qui parlent au téléphone.

Je ne peux même pas parler confortablement en farsi avec mes amis au téléphone car il y a beaucoup de persanophones ici, d'Iran et d'Afghanistan.

Les personnes qui vivent dans le centre n'ont aucune information sur les questions LGBT et ont des préjugés religieux à l'égard des personnes LGBT. S'ils le découvrent accidentellement, le centre deviendra un véritable enfer pour moi.

Et au final, tout cela a fait de moi un être humain distant et déprimé.

Je sais qu'il y a beaucoup de personnes comme moi qui souffrent de la même manière. 

Je me suis échappé de l'enfer, et vous m'avez mis dans un autre enfer.

Soyez gentils les uns envers les autres.

LIRE PLUS

Salimeh

Réfugié en Belgique

Pour mon pays, je souhaite que tout change pour les communautés LGBTQI+. Je souhaite que l'on ne se fasse plus emprisonner parce que l'on s'exprime autrement, parce que l'on est différent·e, que nos vies ne soient plus menacées par la religion, les traditions et qu'il y ait un jour, même si c'est très difficile dans les sociétés arabes, une association qui défende d'autres mondes, comme les communautés LGBTQI+. Je souhaite ne plus devoir cacher sa vraie nature, de pouvoir exposer son fond au grand jour, comme moi qui depuis petite sais très bien que je suis une femme dans le corps d’un homme. J’espère un jour, que dans mon pays iels cesseront de nous juger par nos différences visibles, extérieures, mais plutôt de par ce que l'on pense en tant que personne.

LIRE PLUS

Sasha

Réfugié.e en Belgique

Il y a une autre chose très compliquée pour moi c’est le fait que dans les communautés, j’ai l’impression que l’on m’accepte en tant que personne non-binaire mais que personne ne le comprend vraiment, ou ne le tolère pas tout à fait. On ne me dit souvent “Pas de soucis j’accepte que tu sois non-binaire’’ mais après les personnes ne font pas d’efforts et n’essaye pas de comprendre un peu mieux. Je trouve que c’est très important que l’on se comprennent toutes et tous, que l’on soit bienveillant·e et respectueux·euse. Si je prends le temps de t’expliquer comment je m'identifie, accepte et respecte-le au lieu de le discuter et chercher une réponse. Le plus important c’est de sentir les autres heureux·euses même si on ne comprend pas toujours tout. C’est arrêter de vouloir mettre les personnes dans des cases pour vouloir comprendre, mais plutôt d’accepter l'intégrité de la personne, même si c’est complexe.

LIRE PLUS