Kamyar

Iran

Je suis homosexuel et je viens d’Iran, un pays où les relations sexuelles entre personnes du même sexe sont fréquemment punies par l’emprisonnement, les châtiments corporels ou l’exécution. 

Je travaillais pour l’État iranien et on attendait toujours de moi que je sois religieux et conforme à l’islam et à la politique officielle du gouvernement. Être homosexuel revient à franchir la ligne rouge pour l’État et le mariage est obligatoire si vous voulez rester employé dans des postes gouvernementaux. Les gens supposeront que vous êtes gay si vous n’êtes pas marié. J’ai refusé de me marier pendant de nombreuses années, mais à 40 ans, les pressions étaient trop fortes pour moi.

Dans mon cas, les autorités ne cessaient de m’inspecter et de rédiger des rapports m’étiquetant comme homosexuel. Leur harcèlement homophobe a commencé lorsque j’avais environ 30 ans et a consisté à me causer des problèmes à mon travail, à m’envoyer des menaces et à me forcer à assister à une "réunion" au ministère de la sécurité et de l’information. Les autorités voulaient un engagement écrit que je me marierais.

J’étais également un protestataire militant contre le régime islamique iranien. Les autorités l’ont appris en espionnant mes conférences, en surveillant mon activité en ligne et en lisant les articles que j’avais publiés dans des journaux et sur des sites web, même lorsque j’avais effacé toute trace de moi en utilisant un pseudonyme.

Je collaborais secrètement avec l’IRQR (organisation LGBT iranienne basée au Canada) en écrivant des articles pour son magazine; les autorités iraniennes le savaient aussi.

Je risquais d’être licencié de mon travail, emprisonné et même tué. Je ne voulais pas quitter ma famille et mon pays bien-aimé, alors j’ai pensé que cacher mon orientation sexuelle était la seule solution.

Ma situation était désespérée car les autorités connaissaient tous mes faits et gestes. J’ai décidé de me marier avec une lesbienne ou une femme asexuée pour pouvoir vivre. À ma grande surprise, une de mes étudiantes m’a demandé en mariage. J’ai proposé un mariage sans sexe et elle a accepté. Je pensais qu’elle était peut-être queer ou peut-être asexuelle, mais j’avais tort. Elle pensait juste à me piéger dans le mariage. Nous nous sommes mariés, et les disputes ont commencé dès le premier jour et n’ont fait qu’empirer.

Elle exigeait des rapports sexuels et c’était vraiment impossible de se battre avec elle tous les jours, mais j’étais obligé de continuer. J’étais toujours régulièrement inspecté et surveillé par l’État. C’était vraiment difficile de garder le silence, de ne pas être moi-même et d’avoir des relations sexuelles dans un mariage sans amour.

Mon mariage était un grand traumatisme psychologique. Je m’arrangeais pour être occupé toute la journée. Le seul moment où je me sentais un peu détendu, c’était quand je dormais.

Ma femme a révélé notre secret à certains de ses amis et à sa famille, alors j’ai prétendu être asexué. J’ai essayé de divorcer plusieurs fois, mais elle voulait me garder à n’importe quelle condition, ce qui ajoutait encore à la pression. Elle a même menacé de me dénoncer aux autorités.

L’Iran est un pays où les gens disparaissent, y compris de nombreux LGBT. Je savais que j’aurais pu être enlevé au travail ou même dans la rue.

Mes ressources financières étaient limitées et je ne savais pas quoi faire. J’étais en vie mais je ne vivais pas comme un être humain.

J’ai contacté de nombreuses organisations LGBT, dont la Fondation Peter Tatchell. Je savais que j’avais besoin de me constituer un réseau de soutien.

J’ai décidé de quitter l’Iran et de demander l’asile. Cependant, toutes mes tentatives, comme les demandes d’emploi à l’étranger et les demandes de visa européen, ont échoué. J’ai même essayé d’entrer dans une filière de traite des êtres humains vers la Turquie, mais même cela n’a pas fonctionné.

Ma femme et sa famille ont continué à me menacer et ont à nouveau refusé ma demande de divorce et ont insisté pour que je reste dans cette terrible vie, même si elles souffraient elles aussi.

Finalement, avec l’aide de certains de mes amis, j’ai obtenu secrètement un visa pour l’Europe et j’ai pu m’enfuir par miracle.

J’ai maintenant obtenu l’asile et je peux vraiment commencer à vivre. Je me sens tellement soulagé. Je n’ai jamais pensé qu’un jour, je serais libre. Il est difficile d’exprimer par des mots ce que cela signifie pour moi. C’est un nouveau départ, une nouvelle vie pour moi. Je vous remercie.

RETURNRETOUR